Mouais soigne le confort de ses élèves grâce à la construction écologique (44)

Terre, paille et bois. La nouvelle école de la commune de Mouais fait la part belle aux matériaux naturels et répond aux principes bioclimatiques.

Datant de 1911, l’école municipale de Mouais (44) n’avait fait l’objet d’aucun travaux importants depuis. Mal agencé, de piètre qualité énergétique, le bâtiment en pierre ne correspondait plus aux exigences actuelles. Depuis fin 2020, la quarantaine d’élèves des deux classes multi-niveaux (petite-section jusqu’au CP d’un côté, du CE1 au CM2 de l’autre) profitent d’une école neuve (251 m² SHON), construite avec des matériaux écologiques et selon des principes bioclimatiques.

« Nous souhaitions doter la commune d’un équipement attractif, qui valorise l’environnement scolaire et donne envie aux élèves autant qu’aux enseignants », explique le maire de Mouais, Yvan Ménager. En matière de confort, la commune de Loire-Atlantique avait pour repère éprouvé sa salle multifonctionnelle la Paill’hotes construite en bois, paille et terre, en service depuis 2012. « Le confort thermique et acoustique d’un tel bâtiment n’est pas comparable avec une réalisation conventionnelle en parpaing de ciment, constate Yvan Ménager, Même quand 200 personnes occupent la salle, ça ne résonne pas ! Et le bâtiment, peu énergivore en chauffage, n’est ni froid l’hiver, ni chaud l’été. »

Qualité de l’air et ressenti

Accompagnés par le réseau d’échanges Bruded et le CAUE de Loire-Atlantique pour valider leurs choix techniques et trouver les acteurs ad hoc, les élus de Mouais ont missionné le cabinet Loom architecture pour élaborer la nouvelle école, selon les mêmes techniques, et réhabiliter l’ancienne école en accueil périscolaire et salle de motricité (114 m² SHON). Orienté vers le sud pour bénéficier des apports solaires, le nouveau bâtiment est doté de murs en ossature bois, isolés avec des bottes de paille de 37 cm, tandis que la toiture a reçu de la ouate de cellulose insufflée. Depuis l’application de règles professionnelles en 2012, l’isolation de mur avec de la paille est possible en ERP et donne accès aux artisans à la garantie décennale, sous condition d’une qualification délivrée par un organisme de formation agréé.

« Les édifices en bois manquant en général d’inertie thermique, ce qui est préjudiciable pour le confort d’été, le mur sud a été érigé avec un mélange de terre et de paille banché d’une épaisseur de 30 cm, précise Chloé Massot de Loom architecture, Le projet dépasse ainsi largement les exigences de la RT2012 pour se rapprocher du niveau passif. » Grâce à la pose d’un enduit terre de 2 cm sur la face intérieure des murs, dont la température de surface est douce, et à l’installation d’une ventilation mécanique à double flux qui répartit les calories dans les locaux, le ressenti thermique des usagers est optimisé. La terre ne dégage en outre aucun composé volatile nuisible à la santé des occupants.

À l’extérieur, l’école est habillée de bardage en chêne local issu de la forêt de Gâvres. « La paille biologique nous a été offerte par des agriculteurs du territoire et pour fabriquer les enduits nous avons utilisé de la terre qui restait du chantier de la salle polyvalente, précise le maire, ce qui a réduit le coût du projet même si la terre et la paille ne sont pas des matériaux onéreux»

À l’instar de la construction de la Paill’hotes, les chantiers participatifs pour l’école n’ont pas été possibles en raison de la crise sanitaire. Les Ateliers et chantiers du Pays de la Mée, encadrés par l’artisan Mickael Verger, spécialiste de la paille, se sont ainsi chargés de la démolition, de l’isolation en paille et du bardage bois, tandis que l’équipe de La matière à l’ouvrage a réalisé les enduits terre. L’association rennaise Des hommes et des arbres a quant à elle monté l’ossature bois. La mise en œuvre de matériaux encore peu connus des acteurs du bâtiment et les interventions multiples sur le chantier en ont un peu complexifié le déroulement et pourraient justifier une assistance à maîtrise d’ouvrage, ce que les élus de Mouais n’ont toutefois pas fait, forts de leur expérience avec la salle polyvalente.

Budget de l’opération

La construction de la nouvelle école de Mouais ainsi que la réhabilitation de l’ancien bâtiment ont engendré un coût total de 668.900 € HT (497.200 € pour l’extension, 108.400 € pour la réhabilitation et 63.300 € pour les aménagements extérieurs). Si le budget n’est pas bien inférieur à celui d’un projet standard, « du fait notamment de sa taille réduite » estime Chloé Massot de Loom architecture, et en dépit d’une fourniture gratuite de la terre et de la paille, la commune peut compter à l’avenir sur une faible consommation énergétique pour le chauffage.

Mouais s’est vu attribuer des subventions de la part l’État (dotation d’équipement des territoires ruraux), du conseil régional des Pays de la Loire (contrat de ruralité), du conseil départemental de Loire-Atlantique (soutien aux territoires), de la Caisse d’allocations familiales (CAF) et de la communauté de communes Châteaubriant-Derval. Environ 75% des dépenses ont été couvertes par les subventions.

Commune de Mouais

Nombre d'habitants :

382
5 Rue de la Mairie
44590 Mouais
mairie.mouais@wanadoo.fr

Yvan Ménager

Maire